AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Lun 6 Juin - 19:18

Chaque soir c’est la même chose, vu que mes parents sont en voyage et que mon frère vis en villa colocation. Je suis seul à présent et je ne parle plus à Alexander depuis ce qu’il m’a dit. Enfaite je n’ai rien dis, j’ai juste préfère partir loin de lui. Et je me suis retrouver sur le bord d’un pont, mais j’ai réalisé ou j’étais et j’ai préféré partir et reprendre les affaires de chez Alexander et lui laisser sa clé comme quoi, je ne reviendrais plus. Voilà que maintenant ça fais longtemps que je ne suis pas sortis, pas étais en cours je n’ai pas répondu aux appels sur le fix et mon portable. Je me suis enfermer dans cette bulle que j’avais crée avant, je ne mange plus je reste allonger dans mon lit. Je vais chaque soir dans le bar pour finir dehors sur un banc, comme quand mon frère était avec Haruna. Ce soir là je mets des vêtements et je fais en sorte que personnes ne vois mon corps. Je sors enfin et je marche vers ce bar, j’entre et m’assois au comptoir et je demande une bouteille sur le comptoir et un verre. Je me sers comme bon me semble et bois jusqu'à devenir ivre.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Jeu 9 Juin - 16:59

Woah-oh-oh
The legacy
Born from a dream
Long leather wings, rose from the street
With the hands of destiny.
Black Veil Brides - The Legacy


Aucune nouvelle. Je ne cherchais même plus à en obtenir. Il était grand, il faisait ce que bon lui semblait. J’en avais marre de lui courir après. Vraiment. Son comportement de gamin chouineur avait fini par m’exaspérer. J’avais dit non, rien qu’une fois-enfin, deux- à ce sujet, et voilà qu’il partait en pleurant, sans me donner de nouvelles, pendant plus de deux semaines. Il m’énervait, à toujours se comporter comme un gamin. Il devenait impossible. Et dire que j’y avais cru, encore une fois. J’avais cru en lui, j’avais cru qu’il avait grandi. Faux. Mauvaise réponse. Game over. Il en était resté au même stade. Celui de gamin capricieux.

Je n’en pouvais plus d’essayer. Je n’en pouvais plus de souffrir, de me blesser moi-même, à essayer de l’aimer encore. C’était devenu impossible. Ce sentiment de dégout, profondément enfoui jadis, avait grandi, au fil des jours. Il s’était transformé. Il m’avait fait apercevoir la réalité. J’aimais Ben. J’aimais Ben comme on aime un ami. Rien d’autre.

Peut-être que tout ce temps sans lui m’avait aidé à le comprendre. Oui. Il était parti. Depuis cette rencontre avec Molly, depuis cette fameuse sortie. Tout était si bien, avant. Pourtant … Il était parti. Il avait pris toutes ses affaires, il avait laissé mes clés sur la table. Il avait tout emporté. Tant pis.

Au fond, peut-être que je le savais depuis longtemps. Depuis le début. Si j’avais rompu la première fois, ce n’était peut-être pas uniquement parce que je ne voulais pas lui faire de mal. Mais peut-être parce que je savais que notre « amour » ne serait pas éternel. Oui. C’était ce que j’avais compris, le jour où nous avions vu Molly. Peut-être que Ben m’aimait –et encore, avec tout ce qui s’était passé, j’en doutais. Mais moi ? Aimais-je vraiment Benjamin, ou n’était-ce que des illusions, des sentiments factices ? Ah … La vie était tellement compliquée, parfois …

Voilà ce à quoi je pensais, en ce soir pluvieux. Je portais la main à mon verre, et avalais une gorgée de vodka. J’étais beau, comme ça, à me saouler parce que je ne savais pas quoi faire. Je m’étais un peu isolé, ces derniers temps. Je ne pensais même plus à faire l’idiot avec Allan. J’étais perdu dans mes souvenirs. Ceux avec Ben. Ceux avec Chris. Il me manquait, d’ailleurs. J’aurais pu suivre le même chemin que lui, mais non. Il fallait tenir. Jusqu’au bout.

Je tournais à peine la tête vers le jeune homme qui s’installait à côté de moi, au comptoir. S’il me connaissait, il m’aurait déjà adressé la parole. Et puis, autant se saouler tranquille, sans personne pour parler, pour vous noyer sous ses malheurs. J’avais besoin d’être seul, ce soir, sans personne dans mon lit. Ni Ben, ni un inconnu bourré.

Je portais à nouveau mon verre à mes lèvres, et daignais enfin tourner la tête vers le nouvel arrivant, qui venait de se commander une bouteille. Eh bah ! J’avalais alors de travers, et me mis à tousser, et à cracher ma boisson.

« Ben ! » croissais-je.

Que faisait-il ici ? Je l’avais perdu de vue pendant tout ce temps, et voilà qu’il réapparaissait comme par magie ? Non … Je sentais que l’heure était aux explications …

« Où étais-tu, pendant tout ce temps ? »

Je l’observais un instant. Il était méconnaissable. Il avait maigri, ses cheveux noirs étaient en bataille, ses habits étaient froissés. Je devinais où il était et ce qu’il avait fait. Il avait été chez lui, dans son lit, à ne rien faire d’autre que de se morfondre dans sa douleur. Il avait encore une fois joué au gamin boudeur, et voilà le résultat. Ça me brisait le cœur. J’avais envie de le prendre dans mes bras, de m’excuser, mais non. Sinon, j’allais encore enfermer mes vrais sentiments, et souffrir pendant des semaines, jusqu’à ce que l’histoire ne se répète, encore et encore.

« Ben … Je … Je crois que nous devons parler … »

Je m’interrompis un instant, pour boire une nouvelle gorgée de vodka. Je fermais les yeux, avant de me tourner complètement vers Benjamin.

« Je pense que … Je pense que nous devons nous expliquer. J’ai … besoin de mettre certaines choses au clair avec toi … »

Ce que j’allais lui dire allait le briser encore. J’étais un monstre pour le faire souffrir comme ça. Mais que pouvais-je y faire ? Il fallait bien, qu’un jour ou l’autre, que la vérité éclate, non ?

« Benjamin … Ça ne va certainement pas te faire plaisir mais, j’ai quelque chose à te dire … »

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Jeu 9 Juin - 17:16

Le regardent, je toussa et je ne fit plus rien je le regarder mon coeur s'emballer, sa voix me fais du bien je me lève du tabouret et je fonce contre lui. Je ferme mes bras et je craque je ne voulais pas ça. Je me sens seul et mon coeur ne vis plus depuis que j'ai décider de partir. Je me recule et je l'embrasse comme il aime. Je m'arrete au bout d'un long moment de baiser.

Pardon, pardon je sais que je réagis comme un gamin. Mais je ne veux pas te perdre une seconde fois a cause de moi. Je t'aime et si je pourrais tout répare je le fairais, je sais que je n'ai que cette demande mais je t'aime et je ne m'imagine pas aimer un autre que toi. Tu es le seul qui me comprend et aussi qui c'est comment me faire réagir, mais tu vas surement me crier dessus quand je vais te montre cela.

Soulevant mon tee shrit Alexander pus voir que j'avais maigri, et ça il n'approuve pas que je sois comme ça, je remet mon tee shrit et je le regarde et me colle contre lui.Je jure sur la tête de mon frère que je ne lui parlerais plus de cette demande.

Je te promet que plus jamais tu n'entendra ce que j'ai dis la dernière fois, me laisse pas tomber s'il te plait. Si tu veux plus me voir alors je fairais en sorte que je parte de ta vue.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Ven 10 Juin - 19:10

Ben se leva, avant de se blottir dans mes bras, et de se mettre à chialer. Je me mords les lèvres, et ferme les yeux. Son comportement m’exaspère autant qu’il me touche. J’ai l’impression d’être un monstre. Mais … Si je cède, tout allait recommencer à nouveau.

Le jeune homme se recula alors, avant de m’embrasser. Je lui rendis son baiser, avant qu’il n’y mette fin. Je le regardais, avant de baisser la tête. Ben s’excusa de se comporter comme un gamin. Mais, il ne voulait pas me perdre. Je gardais les yeux rivés sur le sol. Il m’aimait, disait-il, et il voulait réparer ses bêtises. J’étais le seul à le comprendre, le seul à savoir le faire réagir. Mais, j’allais lui crier dessus. Je relevais la tête, juste à temps pour voir son corps maigre. Je me mordis les lèvres.

Benjamin se colla contre moi, avant de me promettre qu’il ne me dirait plus ce qu’il m’avait dit l’autre fois. Il ne voulait pas que je le laisse tomber. Et si je ne voulais plus le voir … Eh bien, il ferait en sorte de disparaître de ma vue. Je fermais les yeux, avant d’inspirer un grand coup.

« Je … Je suis désolé Ben … »

Je me dégageais de son étreinte. Je regardais un instant mes pieds, avant de me mettre à fixer Ben. Ce que j’avais à lui dire me … Me déchirait. Mais peut-être que ça m’ôterait un poids énorme.

« Je … Tu te comportes tout le temps comme un gamin Ben. Regarde-toi … Tu pleures pour un rien. Tu te laisses mourir, juste parce que je dis non pour le mariage. Honnêtement, Ben ! Regarde-toi ! »

Je soupirais. Je ne voyais pas comment lui dire tout ce que j’avais sur le cœur. Je ne voulais pas le blesser mais … Quelque part, j’étais obligé. Je ne voyais pas comment lui dire, sinon … Ah, que la vie était difficile, parfois …

« Je croyais que tu avais grandi, Ben ! Et non, tu es toujours comme avant … Il faut toujours que je sois parfait, que je te pardonne tout. Tu ne me pardonnes aucun écart mais toi … Il faut toujours dire « C’est pas grave » ; « Je te pardonne » … Mais franchement, Benjamin ! Tu ne crois pas que j’en ai marre ? »

Je forçais Ben à me regarder dans les yeux. Le plus dur à dire était maintenant. Je me mordis les lèvres. J’allais lui faire mal mais … Mais comment agir autrement ? Il ne comprendrait jamais, sinon. Jamais.

« Ben … Je crois … Je crois qu’à essayer de continuer sur ce chemin, on se fait plus de mal que de bien … On devrait … Je ne sais pas … Prendre nos distances, quelques temps … »

Oui. On pouvait rester amis, quand même … Mais … Mais j’hésitais, je ne savais plus quoi faire. Pour que Ben soit heureux, pour que je sois heureux. Mais … Peut-être que la distance était la meilleure chose à faire, en ce moment … Peut-être …

« Je … Je ne veux pas te faire de mal, Benjamin … »

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Ven 10 Juin - 19:23

Le regardent, je ne dis plus rien je sentais mon coeur se détruire, je pris ma veste. Je ne sortais aucune larmes. Et je remis ma veste et je tourna les talons. Je marcha vers la porte du bar, je sortis et je pris mon portable envoyant un message a Willam en lui disant que je quitter la ville. Que il était grand et que maintenant il devait s'aider lui même. Je partis et j'alla vers la maison je pris les sacs et je mis tout dedans, je deposa un mot a mes parents et je sortis enfin de la maison. Je vis Alexander qui commencer a venir, je mis tout les sacs dans le coffre. Puis je ferma a cles et decida de n'emporter que un sac et direction l'aeroport qui ete encore ouvert pour demander les aller. Je commença a regarder l'aeroport et je soupira je regarda encore un instant les photos et je supprima tout. Effçant egalement le numero de Alexander et Dakota. Tout ceux qui compter pour moi ete supprime. Je vis que s'étais mon tours. Je demanda un aller simple pour aller à Biarritz, oui je rentre et pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Sam 11 Juin - 18:23

Le regard que Ben me lança me glaça. Je fermais les yeux, et baissais la tête. Je la relevais juste pour voir Benjamin quitter le bar. Je payais ma consommation, avant de me lever, à mon tour, et de quitter la salle.

Je marchais jusqu’à chez moi, et montais dans ma voiture. Pourquoi ? Je ne sais pas. Un pressentiment. Je roulais jusqu’à chez Ben, avant de descendre. Le jeune homme était un train de mettre des sacs dans le coffre de sa voiture. Il me jeta à peine un regard, à mon grand étonnement. Je le vis grimper dans la voiture, et démarrer.

« Ben ! »

Je regardais, impuissant, la voiture s’éloigner. Et merde. Il était loin, maintenant. Où pouvait-il aller, avec des valises ? Enfin … Où un Français peut-il aller ? Ahah. Trop facile. Je marchais lentement vers la voiture, avant de démarrer. Je roulais … lentement, pour une fois.

Pourquoi courrais-je après Ben, après tout ? Je lui avais demandé si on pouvait prendre nos distances. Il s’éloignait, voilà tout. Mais non … Il fallait quand même que je le retienne. Ah, mais je vous jure ! Je suis impossible, parfois.

Je me rendis dans l’aéroport, et commençais à chercher Benjamin. Il n’y avait pas grand monde. Juste ceux qui voulaient un vol de nuit. Je cherchais le jeune homme parmi les visages endormis. Je le remarquais alors vers la caisse, pour commander un billet. Patiemment, je l’attendis. Je me dirigeais vers lui, lorsqu’il sortit de la caisse.

« Alors, comme ça, tu t’en vas ? T’aurai pu rester là, non … ? Tu es vraiment obligé de partir à … »

Je lui attrapais son billet des mains, et regardais la destination. Je soupirais.

« Biarritz ? Donc, tu retournes chez toi, c’est ça ? Juste parce que j’ai envie de mettre fin à notre relation ? Honnêtement, Benjamin ! Réfléchis un peu ! Ça vaut le coup, de s’en aller comme ça ? Tes parents vont s’inquiéter. Aller, réfléchis un peu, avant d’agir. Tu vas le regretter, après. »

Je le regardais, avant de soupirer. Je l’attrapais par le bras, et le forçais presque à aller s’asseoir sur une chaise. Je redressais son menton, et le forçais à me regarder. Ah ! Mais qu’est-ce qu’il pouvait m’énerver, parfois !

« Mais grandis un peu, enfin ! Arrête d’agir comme un gosse, sur le coup de tes émotions. Tu comprends, Ben ? Dis-moi ! »

Je soupirais, avant de m’installer à côté de lui. Je voulais tellement qu’il réfléchisse, qu’il comprenne ma décision … Si seulement … Ben en était capable, je le savais. Il lui suffisait juste d’ouvrir un peu les yeux …

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Sam 11 Juin - 18:39

Lâche moi, pour mes parents ce n'est pas grave si tu savais que je ne fais pas partis de leurs vie. Je suis dehors jusqu'a trois heures ils s'en foute complètement, mais je les ai prévenut et je suis majeur et si tu as peur aussi pour William il est assez grand. Alors maintenant laisse moi partir. Je n'ai aucune envie de pleure comme un gosse de retomber dans l'etat de gamin, et aussi comme ça tu seras en sécuriter. Au faite tu fais un beau couple avec Molly.

Me levant, je prends mes bagages et je m'avance vers ma porte. Je m'arrête un instant. Et je lui dis.

Si tu as un coeur, laisse moi une seconde chance. Moi je te la laisse mais si tu n'en as pas, alors ce n'est pas la peine que je reste ici. Et puis tu peux avoir un autre mec plus facilement. Même les filles te veulent alors vas y.

Je me retourna et j'avança lentement, je voulais l'embrasse mais je me retiens. Je le regarda encore une fois, je ferma mes yeux je voulais temps pouvoir tout effacer. Je l'aime je ne veux pas partir mais je dois partir sinon etre ami avec lui me sera impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Dim 12 Juin - 9:34

Le jeune homme sembla piquer une colère. Il disait ne pas faire partie de la vie de ses parents, et que ces derniers s’en foutaient complètement de lui. Je haussais un sourcil. Vraiment ? Il ajouta que je n’avais pas à m’inquiéter pour William, qu’il était assez grand. Mmmh … J’ai dit que je m’inquiétais ? Non. Pas pour Will, du moins.

Benjamin ajouta que je devais le laisser partir, qu’il n’avait pas envie de pleurer, et de retomber dans l’état de gamin. Ah. Et comme ça, je serais en sécurité. Comment ça ? Le fait que Ben s’en aille ne changerait rien à ma sécurité, non ?

« Comment ça … En sécurité ? »

Ben continua, en tenant à peine compte de ma remarque. Il me lança que je faisais un beau couple avec Molly. Je toussais. Quoi ? Mais je ne suis pas avec Molly ! Enfin ! Le jeune homme attrapa ses bagages, et se dirigea vers la porte d’embarquement.

« Ben ! Tu dis n’importe quoi ! Je ne suis pas avec Molly … »

Le jeune homme s’arrêta un instant. Je le regardais. Il me mettait hors de moi. Mais … Le regard de chien battu qu’il me lançait me donnait envie de craquer, de lui pardonner … D’ailleurs il me lança que, si j’avais un cœur, je devais lui laisser une seconde chance. Lui, il m’en laissait bien une. Je baissais le regard. Si je ne lui laissais aucune chance, disait-il, ce n’était pas la peine qu’il reste ici. Il ajouta qu’en plus, je n’aurais aucun mal à me retrouver quelqu’un. Je pourrais me trouver un autre gars facilement. Et selon lui, même les filles me voulaient. Je soupirais. C’est pas de ma faute, non plus ! Merde !

Le jeune homme avança, lentement. Je fermais les yeux. Je me rappelais. De quoi ? Du premier jour, où nous nous étions, pour la deuxième fois, remis ensemble. Au parc. Mes craintes devenaient réalités.

Flashback :

« Son idée était très mauvaise. Nous avions été trop loin dans notre jeu. Ben avait franchi la limite à ne pas franchir. Celle que je me retenais de dépasser depuis quelques temps déjà. Le jeune homme se décolla de mes lèvres, posa ses mains sur mes épaules et se mit à m'observer. Il me parla alors, pour s'excuser. Je fixais ses mains sur mes épaules, quelque peu ailleurs.

Ben me lança alors qu'il allait partir, car il se faisait tard. Non. Non, ne pars pas Ben. Pas avec ce que tu viens de faire. Et pourtant ... Je devais rester raisonnable. Sinon, nous risquions de partir trop loin, et de tout perdre. Je ne voulais pas vivre avec une gêne, dès que je croiserais le visage de mon ami. Mon ami, mon cher ami. Et juste un ami. Nous nous étions écartés de ce statut cinq minutes. Cinq minutes de trop. Pourtant, j'attrapais son visage entre mes mains - j'avais fait tombé ma cigarette lorsqu'il m'avait embrassé -, et posais mes lèvres sur les siennes. Juste quelques secondes. »


Deux chemins s’offraient à moi. Le laisse partir, ou le retenir, lui dire que je le pardonnais. Dans les deux cas, je souffrirais. Dans les deux cas, je serais mal. Nous nous étions écartés pendant trop longtemps du droit chemin. Nous aurions dû rester amis. J’aurais dû le laisser partir, ce soir-là. Il serait revenu, plus tard. Et nous ne serions pas dans cette situation-là, aujourd’hui. Je fermais les yeux.

« Ne pars pas … On peut réessayer, encore … une fois … »

J’allais souffrir. J’allais me forcer. Me forcer à l’aimer. Et j’allais souffrir. Juste pour lui faire plaisir … Peut-être qu’il souffrirait, lui aussi. Mais moins que moi. J’étais complètement enchaîné à lui. Et Benjamin ne voulait pas me libérer. Il savait que j’avais besoin de sa présence, mais, il exigeait, en retour, que je l’aime. Ou sinon ? Sinon, rien. Nada … Tu es vraiment un monstre, Benjamin …

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Dim 12 Juin - 9:52

Je commencer a partir, quand il me dit quelque chose je me retourna et le regarda. Je regarda l'homme qui allais prendre mon billet. Mais je préfèra le laisser tomber dans la poubelle. Je courra avec sacs et les lacha une fois dehors de cette porte. Je me colla contre Alexander et l'embrassa tendrement, je l'entoura de mes bras. Je mélangea ses cheveux avec mes mains, horreur il a horreur de ça, et pourtant il aime quand je lui fais. Je vis qu'il allait pleurer je le regarda et lui dis.

Benjamin:: Non ne pleure pas, je te fais mal mais je te promet que toi et moi ont ne souffrira plus. Je te jure tout ce que tu veux pour que tout recommence comme avant. Souviens toi du premier jours ou je t'ai embrasse. Moi je m'en rappelle comme si c'etais hier. Viens mais s'il te plait laisse moi être chez toi. J'ai pas envie de rentre chez moi enfin dans la maison.

Je sortis avec lui dehors, je regarda sa voiture et la mienne. Je pris tout ce que j'avais dans ma voiture et les mis dans mes sacs, puis je mis mes sacs dans le coffre de Alexander, puis il roula doucement je lui pris la main et il la lacha pour passer les vitesse. Une fois arriver je pris mes sacs et je les déposa dans son salon.

Benjamin:: Alexander pardon d'avoir dis ça et fais ça aussi, tu es important a mes yeux, et moi je gâche tout pour un seul truc. Je suis content d'etre là dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Ven 17 Juin - 18:36

Sinon, nous risquions de partir trop loin, et de tout perdre. Sinon, nous risquions de partir trop loin, et de tout perdre. Cette phrase tournait en boucle dans ma tête. Je remarquais à peine Ben qui jetait son billet, et qui courrait vers moi, avant de plaquer ses lèvres sur les miennes. Je reculais un pied, surpris. Sinon, nous risquions de partir trop loin, et de tout perdre. Je ne pouvais m’empêcher d’y penser. Ses lèvres sur les miennes, ses bras qui m’enlacent … C’était trop. Ses mains se promenèrent dans mes cheveux. Jadis, je n’aurais rien dit, mais … Là, je baissais la tête, fuyant ses lèvres, au bord des larmes. D’ailleurs, Ben sembla le remarquer, puisqu’il me dit de ne pas pleurer. Je me forçais d’afficher un sourire. Je n’allais pas craquer, pas maintenant, pas devant lui. Il me lança qu’il savait qu’il me faisait du mal, mais me jura que ça n’arriverait plus. Tout recommencerait comme avant. Quel avant ? Celui du jour où je m’étais mis en couple avec lui, ou un autre, celui où nous n’étions que des amis ? Le premier jour où il m’avait embrassé … Oh, oui, je m’en souvenais. Je fermais les yeux, pour chasser les larmes.

Le jeune homme me demanda alors de le laisser venir chez moi. Il ne voulait pas retourner chez ses parents. Je me pressais de sortir dehors, Ben à mes côtés. Je fuyais son regard. Il alla chercher ses sacs, avant de les poser dans mon coffre. Je montais dans ma voiture. La main de Benjamin se glissa dans la mienne. Je frissonnais.

Je me mordis violement la lèvre. Jamais je ne tiendrais. Jamais je n’y arriverais. Jamais je ne pourrais l’aimer encore et encore. Jamais je ne pourrais faire semblant. Mais … Comment le lui dire ? Devais-je vivre avec cette sensation de gêne, ce malaise, toute ma vie ? Non, non … Je n’allais jamais y survivre.

Après le trajet, qui se passa sans un mot, je montais avec Ben dans mon appart. Il déposa ses sacs dans mon salon. Je le regardais faire, la gorge noué. Il s’excusa, encore. D’avoir fait ça, d’avoir dit ça. Il gâchait tout, pour un seul truc, disait-il. Je le regardais, sans rien dire, avant de filer dans la cuisine. Je fis réchauffer une pizza, juste pour Ben. Je n’avais pas faim.

Comment décrire le reste de la soirée ? Il s’écoula comme le trajet en voiture. Sans un mot. J’avais l’impression d’être étouffé, par une bulle énorme, dans ma gorge. Une bulle pleine de rien. Et pleine de tout.

[…]

Je fixais le plafond. J’écoutais le souffle de Ben. Il dormait. Si seulement j’osais m’exprimer … Il ne serait pas là. Pas dans mon lit, pas à côté de moi. Je me mordis les lèvres, avant de me lever, lentement. Discrètement. Je quittais ma chambre, et refermais la porte derrière moi. Sa présence me devenait insupportable. Je sombrais en enfer.

Je m’allongeais sur le canapé. Si seulement … Si seulement tout pouvait être plus simple. Je sentais mes larmes couler sur mes joues. Je laissais éclater cette détresse trop longtemps contenue. Je n’arriverais jamais à vivre en faisant semblant. Jamais. Sinon, nous risquions de partir trop loin, et de tout perdre.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Ven 17 Juin - 18:51

Me réveillant je ne vis plus Alexander, j'avais tout compris je décida de me rhabiller et aussi de prend tout. Je sortis et lumière ete éteinte super comme ça je ne vais pas me déranger plus longtemps. Enfin dans le salon je vois mes sac et je les prends, j'ouvre la porte et j'essaye de ne pas faire de bruit, mais une voix se fais entendre celle de Alexander. Je me retourne et je luis dis.

Je ne vais pas t'ennuier plus longtemps, je vais trouver une chambre et je rentre a Biarritz, celà ne sert à rien que je reste si tu veux plus de moi alors autant que je parte. Je sais que tu vas dire que les hotels sont fermer, et bien je vais dormir sur un banc celà ne me pose pas de problème du moment que je suis debout très tôt. Salut.

Fermant la porte, je sentis mon coeur se déchire plus que autre chose. J'ai froid tellement froid, ce froid que j'ai ressentis quand Alec est partis, quand Nathaniel est partis et quand Alexander a décider de ne plus me voir ce jour là j'avais froid a ne plus bouger. Trainant mes sacs avec des larmes et mon corps a temperature froid. Je trouvea le parc et mis un sac et m'allongea sur un banc et ferma les yeux, mais avant je regarda le ciel étoiler, et ferma mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Sam 18 Juin - 8:09

Des bruits. Je fermais les yeux, chassais mes larmes. J’entendis les pas - qui se voulaient discret – de Ben. Je soupirais. Je restais allongé. Je ne voulais pas. Il ne fallait pas que j’essaie de le retenir. Il allait, - et moi avec- souffrir, sinon. Et deux fois plus que si je le laissais partir.

« Ben ? » murmurais-je.

Il venait d’arriver dans le salon, et avait ouvert la porte. Je me redressais, et le regardais. Il s’était retourné, et me lança qu’il n’allait pas m’ennuyer plus longtemps, qu’il allait trouver une chambre et retourner à Biarritz. Cela ne servait à rien qu’il reste si je ne voulais plus de lui. Autant qu’il parte. Je ne dis rien. Il ajouta qu’il savait que j’allais dire que les hôtels étaient fermés, mais que ça ne lui posait pas de problème. Il dormirait dehors. Bah … Il est grand. Il va savoir se débrouiller.

« Salut … »

La porte claqua. Je restais là, assis sur le canapé. Son départ ne me faisait rien. Ben agissait sur ses coups de tête. Il finirait peut-être par regretter de partir. Ce n’était plus mon problème. Tant pis pour lui. Le jour où il cesserait d’agir comme un gamin, alors là, peut-être que je voudrais de lui. Peut-être.

Je ne ressentais rien. Peut-être un peu de déception, un peu triste d’avoir perdu un ami. Mais … C’est tout. On se dit que c’est la vie, et voilà, on surmonte. Sans problème. Ou presque. Ça ne me gêne pas d’être célibataire. Je retrouvais ma liberté. C’était tellement plus agréable.

Peut m’importait de l’endroit où Ben se trouvait. Qu’il se trouve à Biarritz, à New-York, ou à Los Angeles. Ca ne changerait rien. Je n’y changerais rien. Ben finirait par regretter son geste, de toute façon. Et tant pis pour lui. Ma porte serait fermée. Et tant qu’il ne se serait pas décidé à grandir, tant qu’il ne comprendra pas que nous ne pouvions dépasser le stade d’amis, ça ne changera pas. C’est comme ça, et pas autrement. Point barre.

Je me sentais libre. Tellement plus libre. Fini les obligations. Fini. Je n’étais plus forcé de l’aimer, juste pour lui faire plaisir. Je n’étais plus obligé de me forcer à la rendre heureux, à faire ce qu’il voulait. Il dort dehors ? Et bien soit ! C’est pas mon problème. Il aurait pu rester, dormir au chaud, dans mon lit, et partir au matin, mais non, il préfère avoir froid. Et bah, qu’il fasse ce qu’il veut ! Je ne suis pas sa mère. Il n’est pas mon fils. Il n’est plus rien pour moi, tout comme je ne suis plus rien pour lui. Tournons la page.

END ?

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Sam 18 Juin - 13:32

Je regarda devant moi, je voulais retourner le voir et m'expliquer avec lui. Je regarda mon sac, je vis des poubelles et décida de les mettres dedans. Je pris ma guitare et je la mis sur mon épaule et je commença a jouer de la musique et je balançer tout ce que je ressenter, tout ce que j'avais sur mon coeur. Je l'aime encore comme au premier jour mais il ne veux plus de moi. Je m'arrête et je prends mon portable, je lui demande dans le message de me laisser une chance, et que je tiens a lui qu'il est le seul à me connaitre par coeur, que si il veux bien que l'ont attende quelque temps et après ont vois. J'envois mais je connais déjà la réponse. Je cherche mes clés de voiture, merde elles sont ou? Je me souviens pas dans mon sac. Je marche vers chez Alexander et je sonne et j'attends.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Sam 18 Juin - 16:32

Le portable qui vibre. Un message. De Benjamin. Je soupire. Je l’ouvre, et regarde. Il me demande de lui laisser une chance, et précise qu’il tient à moi, que je le connaissais par cœur. Je fermais les yeux. Si je voulais, on pouvait attendre un peu, et après, voir. C’est trop tard. Beaucoup trop tard. Je pouvais lui laisser autant de chances qu’il voulait, ça ne changerait rien à mes sentiments. Trop tard, Ben. Mets-toi ça dans la tête, à la fin.

Je ne me donnais même pas la peine de répondre. Je me rallongeais dans le canapé, et tachais de trouver le sommeil. Je me tournais et me retournais. Pourquoi je n’allais pas dans mon lit ? Aucune idée. Je n’avais pas envie de bouger. Et encore moins de me glisser dans les mêmes draps que Ben avait empruntés. Je soupirais.

Ding. Dong. Je gémissais. Putain, mais les gens sont cons. Pourquoi ils sonnent ? Ils ne peuvent pas frapper, tout simplement ? Ah … Franchement. Je me levais, tout de même, et allais ouvrir. J’ouvris grands les yeux en voyant Benjamin. Tiens ? Il n’est pas parti, en fin de compte ?

« Salut. Tu dors plus dehors, en final ? »

Je me dégageais de l’entrée, pour le laisser entrer. Je refermais la porte derrière lui, et retournais m’asseoir sur le canapé. Je le regardais à peine. Il allait finir par se vexer, mais tant pis. Je n’étais pas prêt à craquer de sitôt.

« Alors ? Ton programme ? Tu dors ici, et tu t’en vas demain matin à Biarritz ? Ou tu dors là, et tu retournes chez tes parents ensuite ? »

Hein ? La solution il dort ici et reste là ? Nan, y’a pas. Il finira bien par retourner chez lui. Je ne vais pas passer ma vie dans mon canapé. Je laissais échapper un bâillement.

« J’ai pas envie de m’énerver, d’accord ? Et je suis fatigué. Tu sais où est ma chambre, hein ? On reparlera de tout ça demain matin. En attendant … Bonne nuit. »

[…]

J’ouvris les yeux. Arf … C’est le matin … Le temps d’émerger, déjà … Je me levais, et me trainais jusqu’à la cuisine. Je me fis couler un café, et passais ma main dans mes cheveux, tâchant de les remettre en place. Je soupirais, puis m’installais devant mon bol. Je regardais alors Benjamin, qui venait d’arriver.

« Salut Ben … Bien dormi ? »

Je lui adressais un faible sourire, avant de tremper mes lèvres dans mon bol. Ah … C’est chaud. Ca réveille. Je regardais le jeune homme, et me levais pour lui prendre un bol. Je versais du café, avant de sortir du pain, du beurre et de la confiture. Ouais, il n’y a pas de Nutella. Mais bon, on s’habitue.

« Alors … T’as prévu de faire quoi ? »

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Sam 18 Juin - 16:44

Je le regarde je ne dis rien, je comprend ce qu'il veux dire vraiment. Il vas se coucher putain, mais là il devient con mais vraiment con. Pardon du mot mais je dois le dire. Je suis rester dans la nuit a dormir dans le canape assis. Au matin je me réveille habiller je vais dans la cusine et il me sert un bol, j'ai bien envie de le balançer mais je ne veux pas. Je vois mes clés de voiture et je le regarde et je lui dis franco.

Enfaite tu m'as jamais aimer, tu m'as aimer part pitier et moi alors que je venais de me separe d'une relation j'y ai crus en ton amour, mais alors tout étais faux. Et non je venais prendre mes cles de voiture et je pars je quitte Los Angeles.

Je partis de la maison et je ferma la porte. Je découvris ma voiture chouette l'auto depaneuse je paya. Et je rentra dans ma voiture, je regarda une dernière fois l'habitation de Alexander et je ferma ma porte et demara et roula aussi loin.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander J. Harper
Admin
avatar

Messages : 237
Date d'inscription : 11/03/2011
Age : 24
Localisation : Je serais là où tu ne seras pas, c'est clair ?

Your Life
Humeur:
100/100  (100/100)
Love:
Relation/Reve/Avenir:

MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   Dim 19 Juin - 16:26

Et c’est reparti pour une crise. C’est vraiment lassant, à force. Je ne l’ai jamais aimé. Ben voyons. Qu’est-ce qu’il croit ? Je me serais mis avec, si je l’aimais pas ? Non. Bien sûr que je l’ai aimé. C’est juste que … Maintenant, ce n’est plus le cas. Et non, ce n’était pas de la pitié. Pas parce qu’il venait de se séparer. Non. Il faut qu’il arrête. Il se met à dire n’importe quoi. Je l’ai aimé. Vraiment. Jusqu’à ce que la bougie se consume tout entière, jusqu’à ce que la flemme s’éteigne. C’est tout.

Ben me lança qu’il prenait ses clés de voiture, qu’il quittait Los Angeles. Je soupirai, et me pris la tête dans les mains. Mais c’est pas possible, ça … Pourquoi il faut toujours qu’il s’énerve dès que quelque chose ne lui plait pas ? Il a eu la nuit pour réfléchir, et non ! Il agit toujours sous le coup de ses impulsions. Benjamin est Benjamin. On ne le changerait probablement jamais. C’était comme ça. Et pareil pour moi.

« Ben … Enfin … Sois raisonnable. Bien sûr que je t’ai aimé. Tu crois vraiment que je me serais mis avec toi, sinon ? Une première fois, puis une deuxième ? Non. Réfléchis un peu. Ça vaut le coup de partir de L.A., à cause de ça ? A cause de moi ? Mais réfléchis, voyons ! Il n’y a pas que moi, ici ! »

J’étais certain qu’il y avait d’autres gens qui l’appréciaient. Qu’il appréciait, lui aussi. Je soupirais, en entendant la porte qui claque. Eh bah … Dégage, vas-y ! Je ne vais plus te courir après. Tu reviendras à Los Angeles, de toute façon. Pas pour moi, cette fois-ci. Pour les autres. Pour un autre. Ou une autre.

Au fond, ça me dégoutait un peu, de l’avoir perdu de la sorte. J’aurais aimé que ça soit plus simple. Qu’il se montre plus compréhensif. Mais non … Alors bon … Il faudrait se débrouiller, faire avec. Benjamin finirait bien par revenir, en tant qu’ami, non ? Même si je devais faire les premiers pas. On finirait bien par réussir à redevenir des amis, comme jadis. Et cette fois-ci, je ne commettrais pas l’erreur de me mettre avec lui. Je n’ai pas spécialement envie de le blesser comme ça à chaque fois … Et dire qu’avec Haruna, ou même Natasha, la rupture c’était bien mieux passée que là. Peut-être parce que l’on ne s’aimait pas de la même façon. Peut-être parce qu’il était temps d’arrêter, et que nous l’avions bien compris, à ces moments-là.

Enfin, Ben … Tu finiras bien par comprendre. Je n’en doute pas. Tu comprendras que, pour toi comme pour moi, ce que j’ai fait était nécessaire. Vital. Oui, tu comprendras. Un jour. Quand tu voudras bien ouvrir les yeux. Et ce jour-là, il y aura beaucoup de choses que tu comprendras. C’est ça, de grandir, Ben. Mais cette façon-là est peut-être bien moins violente que celle par laquelle j’ai ouvert les yeux, moi. Peut-être aussi qu’il y a des façons plus calmes, moins douloureuses, de grandir. Seulement, voilà. C’est le destin. Navré de te sembler dégueulasse. Navré. Je t’ai aimé, tu sais. Vraiment. Sans penser pendant un seul instant que je me foutais de toi. Certains peuvent bien penser que je suis un faux cul, mais, il y a des limites. Je n’aime pas jouer avec le cœur, et les sentiments des gens. Je sais ce que ça fait. Et c’est une bonne raison pour ne pas le faire. Tu verras, Benjamin. Tu grandiras, toi aussi. Je le sais. J’en suis certain. Même si c’est douloureux. Tu verras. Tu verras que le temps guérit les blessures. N’oublie pas de désinfecter les plaies. C’est important. Sinon, tu souffres. Crois-moi. Et … Que te dire d’autre ? Peut-être que tu ne me lis même plus, même pas. Mais tant pis. J’ai besoin de le dire. De l’écrire même. Mais je ne le fais pas. J’imagine mes mots, dans ma tête. En espérant que tu les entendes, qu’ils résonnent au plus profond de toi. D’accord ? Je commence à te connaître, depuis tout ce temps, tu sais. Tu es un peu impulsif, mais … Tu finiras par te raisonner. Tu as des qualités. Tu es certainement celui que quelqu’un recherche. N’oublie pas. Ne sombre pas dans l’oubli. Il faut s’accrocher, pour avancer. C’est triste, de se dire qu’il faut poser un point à chaque histoire. Certaines ont des fins heureuses, d’autres non. Comme la nôtre, je pense. Mais, sache que ça aurait pu tourner autrement. Seulement, voilà. Cette histoire n’est que la succession d’évènements qui se sont enchaînés. Et on a dérapé. Ce n’est ni de ta faute, ni de la mienne. C’est juste le destin, la vie qui n’en fait qu’à sa tête, qui nous joue des tours. C’est ainsi. La vie est moche, parfois, mais il faut tenir. Ne jamais abandonner. Et toujours s’accrocher. Ne l’oublie pas, Ben … N’oublie jamais ce que je t’ai dit. Qui sait, dans vingt, trente ans, tu t’en rappelleras. Et tu verras la chose sous un nouvel angle. N’oublie pas, Benjamin … La vie est inestimable. N’oublie pas … Let me free … and Be Happy Wink

[End ...]

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voilà ce que je fais de mes soirées[Alexander]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh ! Les voilà ...
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Je fais mon choix, je vais supporter .....le 28 Novembre
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Los Angeles City :: Hors Jeu :: ► Archives-
Sauter vers: